Archive | Psychologie et autres Thérapies RSS feed for this section

Résumons les relations humaines

14 Juin

S’endormir avec des idées négatives

30 Mar

Je vous relate ce que dit cet article :

« […] une nouvelle étude sur le cerveau parue dans la revue scientifique The Journal of Neuroscience, confirme que s’endormir avec des émotions négatives a pour effet de les renforcer, ou de les conserver. (1)
Dormir fixe les idées

Le sommeil, qui est sans doute un fruit de notre évolution, permet au cerveau de fixer les idées et d’inscrire dans la mémoire les souvenirs et expériences de la journée, en particulier les expériences émotionnelles. Après un grave traumatisme, il est conseillé de ne pas dormir, pour éviter justement que les mauvais souvenirs ne se gravent trop bien dans la mémoire.

Dans l’étude citée ci-dessus, les scientifiques ont recruté 106 hommes et femmes et leur ont fait regarder des images choquantes ou, au contraire, neutres ou apaisantes.

Ils ont ensuite observé la réaction de ces personnes à ces mêmes images après avoir dormi, ou au contraire après avoir veillé 12 heures. Ils ont constaté que les personnes qui avaient dormi continuaient à ressentir des émotions tout aussi violentes face aux images choquantes, alors que celles qui avaient veillé se sentaient nettement moins agressées.

D’autres études ont démontré (mais fallait-il que des « scientifiques » se mobilisent pour une telle évidence ?) qu’il est plus difficile de s’endormir après une expérience déstabilisante (dispute, déception…). Cette difficulté à s’endormir pourrait être un moyen pour notre cerveau d’éviter que ces souvenirs ou émotions ne se stockent trop bien dans notre mémoire.
Films et tristesse

Le cinéma combine tous les moyens (scénario, images et sons) pour un impact émotionnel maximal sur le spectateur.

Des dizaines de millions de personnes s’endorment tous les soirs de leur vie, et ce depuis le plus jeune âge, après avoir regardé un film.

Se pourrait-il qu’il existe un lien entre cette consommation massive d’émotions souvent violentes, juste avant le sommeil, et la pesante tristesse qui existe aujourd’hui dans nos sociétés ?

En 2012, 8 % des Français sont considérés comme dépressifs. Ils consomment collectivement 80 millions de boîte d’antidépresseurs par an. Selon le sociologue Alain Ehrenberg, le succès des antidépresseurs tient d’abord au sentiment d’impuissance dans lequel nous nous trouvons plutôt qu’à leur efficacité. (2)

Bien entendu, éviter les films trop chargés émotionellement le soir, et nous réconcilier avec nos proches avant de nous coucher, ne fera pas disparaître le terrible problème de la dépression.

Mais ce sont des pas que chacun de nous peut faire vers une meilleure hygiène du corps et de l’esprit, pour une existence moins stressée, moins chargée d’émotions négatives, plus apaisée.

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

Sources de cet article :

1. Baran B, Pace-Schott EF, Ericson C, Spencer RM, « Processing of Emotional Reactivity and Emotional Memory over Sleep », The Journal of Neuroscience, 2012 Jan 18;32(3):1035-42.

2. « Let them eat Prozac, The Unhealthy Relationship Between the Pharmaceutical Industry and Depression », New York University Press, 2004.

source: http://www.santenatureinnovation.fr/quelles-solutions/bien-etre/ne-vous-couchez-jamais-fache « 

Douleur des membres fantômes

20 Mar

Savez-vous que le cerveau n’arrive pas, parfois, à assimiler l’absence d’un membre ?

Certaines personnes après une amputation ressentent de fortes douleurs dans le membre qui n’est plus présent, et cela peut durer des décennies après l’opération ! 2 vétérans de guerre sur 3 rapportent cette sensation, et approximativement 60 à 80 % des individus ayant fait l’expérience d’une amputation la ressentent aussi !
Plus d’info sur Wikipedia .

Différentes techniques ont été abordées : La sophrologie, mettre les deux bras dans une boîte et ne montrer que le bras valide, et à présent le miroir !

En détail sur Newzitiv

« Mais finalement, cette « thérapie du miroir », comment ça marche ? Et bien tout simplement en plaçant des miroirs entre les jambes des patients. « Le reflet de la jambe intacte (ça marche aussi sur les bras) fait croire au cerveau que les deux membres sont toujours là et il envoie alors des signaux de commande à la jambe fantôme », explique le Canadien. De quoi soulager le cerveau de l’amputé et surtout sa douleur. « Je vois ma jambe dans le miroir et c’est comme si mon esprit était soudainement apaisé », raconte Pov Sopheak, un soldat cambodgien qui a perdu sa jambe sur une mine, il y a de cela 30 ans déjà. »

 

http://meandmymirror.org/Donate Pour l’aider, envoyez lui de l’argent ou un miroir !

 

La Sophrologie

5 Mar

Bonjour à tous !

Toutes mes confuses pour avoir laissé mon PatatoBlog en friche pendant 15 jours !

Je faisais ma formation en Sophrologie à l’organisme « Psynapse » !

http://www.psynapse.fr/

Qu’est ce que la Sophrologie me direz-vous ?! Et bien c’est un outil thérapeutique qui va vous donner du champs et du choix…

On peut dire qu’au cours de votre vie vous avez vécu des petits traumatismes, des stress, des angoisses qui se sont marqués dans le corps. Une mémoire qui vous perturbe parfois par ses réactions surprenantes : genou qui se bloque, douleurs à la main, angines à répétition, maux de dos et j’en passe…

Vous avez peut-être eu l’impression, à un moment donné de notre vie, que votre corps vous faisait défaut ou réagissait à l’encontre de ce que vous pouviez penser ?

Et bien considérez que votre corps est un compagnon vivant et qu’il faut respecter ses « maux » à défaut de ses « mots ». Il a aussi besoin de s’exprimer, et comme nous n’y prêtons pas attention, il finit par crier pour se faire entendre.Quoi de plus logique ?

Le travail de la sophrologie est d’accueillir ce qu’il a à nous dire afin qu’il ne se sente plus obligé d’hurler et de souffrir en vain.

Je sais que le cliché veut que la sophrologie ne soit qu’une thérapie de relaxation, mais c’est faux, ça n’a rien de relaxant !
La relaxation est juste la partie qui va permettre au sujet de se retrouver dans un état de conscience modifié pour accueillir à bras ouvert la suite du programme.

C’est une vraie thérapie, mais c’est une thérapie brève. Vous en sentez les effets positifs dès les 4 premières séances, si votre sophrologue s’est bien débrouillé !

Et remercions monsieur Caycedo d’avoir fait en sorte que ce soit une thérapie adaptable à toute les situations :  stress de l’examen, domaine sportif, accouchement, traumatismes, accompagnement de fin de vie, confiance en soi etc etc…

Mais moi je préfère remercier avant tout ma formatrice Nathalie GUERRIER qui a su me faire vivre mon futur métier, qui a su me faire comprendre que la sophrologie est un outil et qu’il n’y a que celui qui le possède qui peut le rendre meilleur.
A moi de faire ce qu’il faut pour en apprendre encore et encore, et lire le plus possible de poèmes pour vous emmener au mieux à vous rencontrer !
Dès que j’aurais fait mon site je le mettrais ici pour que vous puissiez, si vous en ressentez le besoin, me contacter pour en parler.

 

Nathalie Guerrier
Formatrice en sophrologie, hypnothérapeute confirmée, Maître praticien PNL, Nathalie supervise de nombreux thérapeutes et psychopraticiens. Elle intervient régulièrement en milieu hospitalier dans les services de soins palliatifs, en rééducation motrice et en milieu associatif dans lequel elle apporte une aide aux personnes anorexiques. Nathalie s’intéresse plus particulièrement aux possibilités d’autoguérison du corps par une approche très sécurisante et très humaine.

Test de la poupée noire et de la poupée blanche

22 Fév

Bonjour à tous!

Les tests que les psychologues font passer aux enfants, n’a pas pour but de leur retourner le cerveau , mais de retourner le notre.

Il est important que les gens se rendent compte de ce qui se cache parfois dans l’inconscient du peuple, et les enfants en sont les meilleures représentations !

Si on propose une poupée noir et une poupée blanche à un enfant noir… quelle poupée va-t-il choisir et pourquoi ?

Un article parmi d’autres

Que signifie vraiment fumer de l’herbe qui fait rire ?

15 Fév

Séance Psycho mes amis, la revoila !

Voici une autre conversation que j’ai eu avec mon psy Mr Lutin. Cette fois-ci le sujet était le « bedo/joint/hash/herbe qui fait rire ».

A l’époque il faisait des conférences aux ados sur le thème de la drogue et voila comment il les commençait :

« Bonjour, je viens aujourd’hui pour vous parler de la drogue.
Et bien, allez-y fumer des joints, il ne se passera rien. »

*Clap Clap Clap* Tonnerre d’applaudissements et de hurlements de nos Teenagers préférés ! Qui ne rêvaient que d’entendre ça ..

Mr Lutin attend calmement la fin de cette surexcitation, pose ses lunettes, joints ses mains et dit:

« Ca à l’air de vous rendre heureux. J’en suis désolé.

Vous aimez donc quand il ne se passe rien. »

Ca claque hein ?

Maintenant nous pouvons détailler…

Je vous fais un petit dessin, voici ce qui se passe lorsque un groupe fume ensemble…

Représentons-les par des bulles de savon…

Nos protagonistes passent une bonne soirée et ont l’impression qu’ils sont tous ensembles, mais en fait chacun est dans sa bulle,  et A regarde B à travers . La bulle devient un miroir, et B n’est plus que A’ , juste un reflet de A.

Voila ce que fais le bedo, il efface les différences entre les individus, on parle avec soi même et ses propres représentations. C’est pour cela que les gens se sentent si bien ensemble, on peut parfois entendre deux amis dire « on se comprend sans même se parler ».

Plus de différences, plus d’inquiétudes, plus de peur, une profonde sécurité et donc une boooonnne soirée !

\o/ Bedo Victory \o/

 

Le vide est constructif aussi.

9 Fév

Un peu de psychanalyse voulez-vous ?

Actuellement je finalise ma Licence de Psychologie Clinique et je commence une formation en sophrologie, mais mes connaissances et mes réflexions ne viennent pas que de savoir théoriques.

Je ne parle pas non plus de savoir pratique en stage, mais de ma propre thérapie psychanalytique.

J’ai découvert au cours d’un stage en psychiatrie, un psychologue qui est devenu le mien. Il a une pratique vraiment très intéressante et je pourrais dire parfois, anticonformiste. Je pense que si je n’avais pas eu d’autres psy avant, il m’aurait dérangé parce qu’il s’implique beaucoup dans la séance. Il a une vraie présence, et nous avons souvent de vrais échanges avec opinions. Je le nommerais Mr Lutin parce qu’il adore taquiner ses patients, et puis il m’appel Miss « désolée » alors j’ai bien le droit de lui trouver un surnom !

Après tous les blabla que j’ai eu chez d’autres, celui là apparaît comme une douce brise dans ma psyché.

Il m’a apprit une chose essentielle « j’ai le droit de ne pas réfléchir »… Wouah ! Découverte intense… je me sens mieux !

Il ne passe pas non plus son temps à fouiller dans les moments pénibles que vous avez pu vivre et , oh incroyable, en fait ce n’est pas toujours utile pour dénouer les noeuds des blocages !

Enfin bref passons.

Etant donné nos conversations, certaines choses ressortent gravé dans ma mémoire parce que ces réflexions ont bouleversé un mécanisme psychique que j’avais mit en place, ou m’ont tous simplement enseigné quelque chose.

Comme le nom l’indique je vais parler du Vide… Ce vide ou ce manque que l’on ressent parfois et qu’on s’empresse d’essayer de combler. Certains utilisent la nourriture, d’autres le travail ou les relations humaines. Et bien, Mr Lutin m’a enseigné qu’il ne faut pas chercher à le combler !

Regardez ce « Slide puzzle » et imaginez que c’est votre psychisme, avec ses souvenirs, ses refoulements, ses réflexions…

Vous voyez ce petit carré blanc ? Et bien si il n’existait pas, les autres éléments ne pourraient pas se mettre en mouvement et former un nouvel équilibre, amener de nouvelles données.

Si vous essayez de le combler (et surtout avec de la merde), vous bloquez ce processus essentiel.

Voulez-vous que je vous explique mon cas ?

C’est un ami très important pour moi qui me manque. Il n’est pas mort, il est juste partie. Seulement dans ma vie il n’y en a jamais eu deux comme lui. Je ne dirais pas que notre relation fut saine, mais elle avait son utilité pour nous dans des phases de nos vies.

Et même si je sais qu’il est probable qu’on ne se revoit jamais, son absence à créer un vide qui me pourrit la vie parfois.

Mais qu’à donc créer cette case blanche ? Et bien toute la tendresse que j’avais pour lui j’ai pu la redistribuer à mon frère, et j’ai recommencé à créer des relations amicales avec d’autres hommes , mais avec mes besoins d’aujourd’hui. Plus tiré vers mes anciens mécanismes, j’ai pu en créer de nouveau.

Par exemple sa présence me permettait de dédramatiser beaucoup d’évènements malheureux , là où d’autres se serez énervé avec moi. Maintenant j’apprends à le faire seule, sans éléments extérieur. Je trouve mon équilibre sans appuie.

J’évite aussi de créer un lien de dépendance envers un autre, parce que quoi qu’on dise , notre relation était si forte parfois qu’elle nous empêchait d’aller vers d’autres personnes. Nous avions notre monde, nos rires…

Je ne retrouverais pas ça, mais comme on ne retrouve pas les amitiés passionnelles d’adolescents. De nouvelles sont crées , sur de nouvelles bases.

Ça n’empêche pas que la cicatrisation soit longue, je ne sais même pas si je pourrais encore me retourner vers le passé sans en être touchée. Mais j’aurais acquis de nouvelles expériences.

Le vide est constructif aussi…